Quand mon ami Roberto tombe amoureux de PéPé OLEKA

Pépé Oléka 1« Yélélé pépépé… », c’est le cri qui introduit la chanson dans une voix qui ne laisse aucune chance à l’ouïe de se refuser traverser pour atteindre les neurones qui à leurs tours se laissent envoûter pour laisser tout le corps tressaillir. Au départ, une femme à l’allure d’une princesse sort d’une chambre pour rejoindre un beau gentleman qui joue bien le prince charmant. Ce dernier se laisse enchanter par le regard de cette charmante fille qui de façon circonstancielle vient appliquer des soins de beauté à lui qui hier nuit a assuré certainement son rôle d’homme et avec qui elle a bientôt le projet de mariage traditionnel. Projet qui dans le clip se concrétise au cours d’une cérémonie aux couleurs royales de Danxomey avec de belles amazones. En témoignent la famille réunie avec cette danse interminable d’une « Nan » et les éléments qu’il faut pour la dote, cérémonie traditionnelle exigée au Bénin avant de prendre une femme en mariage. Dans cet Afrosoul rythmé d’une voix envoûtante et de gestuels assez maîtrisés qui vous emporte au sommet du plaisir, Pépé Oléka nous livre un nouveau clip, Yélélé, tourné entièrement au Bénin à l’instar de la plupart des clips de l’artiste. Ce chef d’œuvre d’une qualité artistique indéniable vient démontrer une fois encore les talents et le potentiel de création que Pépé Oléka ne cesse de montrer au monde entier depuis quelques années.
Née à Badagry, ville nigériane frontalière du Bénin, d’un père Ibo (Nigéria) et d’une mère béninoise, Pépé Oléka s’inspire bien de ce mélange de cultures sans tomber dans les clichés comme elle le clame à travers ses sorties médiatiques.
Sans comprendre le Guingbé (langue Mina), j’ai savouré le clip en déchiffrant le message de la chanson à travers les gestuels. Preuve que même un sourd peut comprendre le message véhiculé dans le clip qui se laisse dévorer de par les costumes et les accessoires savamment concoctés en perles de la marque PERLICIOUS qui habillent les acteurs.
Mon ami Roberto à qui j’ai demandé de me déchiffrer le message réel de la chanson s’est laissé emporter au point de passer à coté de ma demande. Le SMS qu’il m’a envoyé après visionnage du clip continue de me faire marrer quand je le lis : « Pierre je viens de voir la vidéo et trois choses m’ont impressionné : primo, les couleurs choisis pour l’habillage du clip, secundo le rythme qui vous traverse, tertio la force du message véhiculé. Etant Mina je ne peux qu’aimer ce travail. Je note que le message est fort simple et nous ramène à la source de notre culture. Je l’aime comme artiste celle là ». Roberto, c’est quoi alors le message véhiculé s’il te plait? C’est bien parce que je sais que tu comprends le Mina que je t’ai envoyé le clip heinnnnn. Pour le moment, comme un sourd, je me contente de contempler cette princesse envoûtante qui entonne Yélélééééé…Faites comme moi !

WACSI fait impulser la communication de Social Watch Bénin

Social Watch Bénin a participé, parmi plus d’une quinzaine d’Organisations de la Société Civile en Afrique de l’Ouest, à la formation ‘’La Communication axée sur les Résultats pour les OSC’’ par WACSI. Pendant trois jours durant, vingt-six participants de divers organisations et pays, ont été entretenus sur les stratégies et techniques de communication, les outils de communiquer sur leurs différentes organisations.

Rosine KEDEDJI, Participant à la formation
Rosine KEDEDJI, Participant à la formation

Cette formation a été l’occasion de partages d’expériences. La participation de Social Watch Bénin, s’inscrit non seulement dans le partage d’expérience mais aussi dans la quête de nouvelles connaissances (techniques et outils de communication). Social Watch Bénin, à l’issu de cette formation, dispose désormais d’autres outils pour faire impulser et dynamiser sa communication sur les actions que mène le réseau.

Les impressions des participants sont considérablement bonnes après la formation. Social Watch Bénin, participant exceptionnel, exprime sa gratitude à WACSI. « La cellule de Communication de Social Watch Bénin semblait il y a quelques mois, peu animée. Mais grâce à WACSI, nous disposons depuis le début de cette année d’une communication vivante. Notre site web, et nos autres plateformes de communication et d’échanges sont animés régulièrement. Cette formation à laquelle nous avons participé, vient maintenant nous offrir plus d’outils et de techniques afin d’impulser et de dynamiser davantage notre cellule de Communication. Nous en sommes vraiment content et reconnaissant.» confie Rosine Kêdédji, Chargée à la communication du réseau Social Watch Bénin, ayant participé à la formation.

A l’instar de toutes les autres organisations de la Société Civile participantes, Social Watch Bénin, fait trop tôt le constat des résultats après la formation. Car, comme outils de communication en vogue, les sites web et les pages professionnels des réseaux sociaux auront connu plus de fans et de visibilité qu’ils avaient.